spectacles / concerts

Théâtre Le Colombier
Dimanche 17 mars, 17 heures

CALIGULA

d’Albert Camus
Mise en scène Romain Picquart & Luc Michel
Collectif Sur la cime des actes

Spectacle en sortie de résidence
Tout public à partir de 12 ans
Durée : 1 h
 Tarifs :  12 €   (réduit 10 €) –  ados : 5 € 

 

RÉSUMÉ DE LA PIÈCE

“Caligula, prince relativement aimable jusque-là, s’aperçoit à la mort de Drusilla, sa sœur et sa maîtresse, que le monde tel qu’il va n’est pas satisfaisant. Dès lors, obsédé d’impossible, empoisonné de mépris et d’horreur, il tente d’exercer, par le meurtre et la perversion systématique de toutes les valeurs, une liberté dont il découvrira pour finir qu’elle n’est pas la bonne. Il récuse l’amitié et l’amour, la simple solidarité humaine, le bien et le mal. Il prend au mot ceux qui l’entourent, il les force à la logique, il nivelle tout autour de lui par la force de son refus et par la rage de destruction où l’entraîne sa passion de vivre.Mais, si sa vérité est de se révolter contre le destin, son erreur est de nier les hommes. On ne peut tout détruire sans se détruire soi-même. C’est pourquoi Caligula dépeuple le monde autour de lui et, fidèle à sa logique, fait ce qu’il faut pour armer contre lui ceux qui finiront par le tuer. Caligula est l’histoire d’un suicide supérieur. C’est l’histoire de la plus humaine et de la plus tragique des erreurs. Infidèle à l’homme, par fidélité à lui-même, Caligula consent à mourir pour avoir compris qu’aucun être ne peut se sauver tout seul et qu’on ne peut être libre contre les autres hommes.”

Albert Camus

nains 1

Théâtre de la Commanderie, Vaour
Vendredi 22 mars, 18h30

LES HOMMES SENSIBLES

Bateau !

Rendu de résidence

Cirque, Théâtre d’objets et de Gestes
  • tout public
  • Gratuit

C’est un spectacle jeune public pour adulte.
Il s’adresse en premier aux adultes, mais est tout public.
L’adulte oublie souvent l’enfant qu’il était et qui est en lui. Que reste-t-il de cet enfant ? Du jeu ? Du simple ? Des monstres sous le lit ?
De la nostalgie, des rêves, De l’émerveillement, tout cela est enfoui dans une malle en bois, sous le sable d’une plage abandonnée, d’une mer polluée.
Cette pièce est la pelle pour déterrer nos souvenirs et se prendre à rêver avec la femme sensible ou l’homme sensible que nous sommes.

Auteur et acteur : Jean Couhet-guichot

nains 1

Théâtre Le Colombier
Samedi 23 mars, 20h30

REGARDEZ LA NEIGE QUI TOMBE…

Théâtre de l’Entre-Deux
Tout public à partir de 12 ans
Durée : 1 h
 Tarifs :  15 €   (réduit 12 €) –  ados : 7 € 

 

Ce qui nous passionne chez Tchekhov, c’est la sensation générale qui s’en dégage et semble nous inviter à « rester vivant » même lorsque tout va mal, à toujours regarder du côté de la vie, à ne pas sombrer dans le pessimisme, à ne pas basculer dans le jugement car juger, c’est refuser de comprendre !

Regardez la neige qui tombe… est une forme légère et joyeuse qui propose de découvrir les multiples facettes de Tchekhov, auteur russe de la fin du XIXème siècle, que nous considérons comme le « père » de l’écriture contemporaine.

C’est une « pièce paysage », en opposition aux « pièces machines » avec un déroulement linéaire qui nous amène inéluctablement vers une fin. J’aime cette idée d’inviter le spectateur à se promener dans un paysage qui sera ici composé par différents fragments : correspondances, éléments biographiques, nouvelles, monologues (Oncle Vania et Les Trois sœurs), parties dialoguées (Platonov, l’Ours, la Mouette…).

Le fil conducteur est donc celui d’une représentation en train de se faire, structurée par 3 duos : le premier entre André Markowicz et Françoise Morvan qui ont traduit l’ensemble des fragments choisis, le second entre Tchekhov et Olga Knipper son épouse, et enfin le dernier duo entre Rafaèle Huou, comédienne, et moi-même, metteur en scène du spectacle en cours. Car le spectacle ne sera jamais figé et continuera à évoluer, à grandir, au fur et à mesure de nos découvertes et de nos lectures (nous sommes en train de parcourir les 900 lettres écrites par Tchekhov qui viennent d’être publiées)…

nains 1

 

haut de la page